Les enjeux du site

Le site Natura 2000 "coteaux et boucles de la Seine" est divisé en 6 entités qui ont chacune leurs particularités, et donc des enjeux spécifiques :

Périmètre Site Seine 


Les coteaux de la Seine de Jeufosse à Port-Villez

Ces coteaux en forte pente sont recouverts d'une forêt de ravin et abritent des espèces sub-montagnardes. Quelques pelouses calcaires sont encore présentes.

Du fait de la forte pente, les activités humaines sont quasiment nulles, la seule activité étant la chasse qui ne concerne que le chevreuil et le sanglier.

Cette entité est peu menacée, la gestion ordinaire semble suffisante pour assurer la conservation des milieux.

Gestion préconisée :

  • Débroussaillage et fauchage des pelouses calcaires pour lutter contre la fermeture de ces milieux, avec éventuellement utilisation du pâturage ovin.
  • Elimination des ligneux envahissants sur les pelouses les plus refermées.
  • Elimination des décharges sauvages dans certains ravins accessibles par la route et présentant un intérêt floristique non négligeable. Eventuellement actions de sensibilisation auprès de la population locale.

haut de page

 


Les coteaux de la Seine de Tripleval à Vétheuil

Ces coteaux sont exposés au sud et accueillent une flore thermophile d'affinité plutôt méditérannéenne. De belles pelouses calcaires, parsemées d'orchidées remarquables, sont présentes.

Ces milieux à forte valeur sont menacées par la fermeture naturelle du site par colonisation des ligneux ou de certaines Graminées. En effet, il n'existe plus de valorisation agricole du site, d'où l'apparition d'une dynamique naturelle conduisant à sa fermeture.

La fréquentation humaine est acceptable mais en constante évolution : fréquentation de plus en plus forte sur certains secteurs, apparition de nouvelles pratiques sportives et de loisirs risquant de porter atteinte au site (moto-cross, VTT, rave-party).

Gestion préconisée :

  • fauchage pour maintenir les pelouses ouvertes
  • débroussaillage pour stopper la progression des ligneux, notamment ceux d'origine exotique (Ailanthe)
  • étrépage pour favoriser la réimplantation de groupements végétaux pionniers
  • pâturage pour entretenir les pelouses

haut de page

 

Les landes et forêts de la boucle de Moisson

Cette boucle, formé par les sédiments rejetés par les méandres de la Seine, est constituée de groupements silico-calcaires (pelouses sur sable, landes à Calune et Genêt, chênaies). Le site est également très riche en espèce d'oiseaux ce qui lui a valu sa désignation au titre de la directive "Oiseaux".

Il existe des activités d'extraction de granulats sur le site. Les zones d'exploitation sont localisées et ne concernent pas directement le site, mais un projet d'extension pourrait lui porter atteinte.

La fréquentation est encore faible mais en constante évolution du fait de la proximité de grandes agglomérations (Mantes) et d'une base de loisirs (Lavacourt).

Les zones de landes et de pelouses sont également menacées par la dynamique de fermeture naturelle des milieux.

Gestion préconisée :

  • pas de nouvelles plantations sur les milieux ouverts et préservation des espaces forestiers pour les oiseaux présents (en évitant de remplacer les forêts de feuillus par des forêts de résineux)
  • favoriser la mosaïque de milieux en effectuant un fauchage dans les zones de pelouses et de prairie, un broyage de la Calune, un contrôle de certains végétaux envahissants
  • réouverture des landes boisées pour restaures les landes et pelouses ouvertes
  • entretien de la pelouse à orchidées
  • aménagement de certains espaces pour le public

haut de page

 

La forêt et les pelouses de Roconval à Chérence

Cette entité est composée principalement de bois calcicoles, avec des formations de buis et de vieilles hêtraies. Des zones ouvertes de pelouses sont également présentes.

Ce site est globalement peu menacé, il faudra cependant gérer les pelouses afin d'éviter la fermeture naturelle. Un compromis devra également être trouvé pour concilier l'ouverture au public, l'exploitation forestière et la gestion conservatoire.

Gestion préconisée :

  • maintien des formations à buis
  • maintien des peuplements pluristraitifiés, si possible en régénération naturelle
  • maintien de vieux peuplements et d'arbres morts ou dépérissants
  • maintien des ouvertures par une gestion adaptée : fauchage, débroussaillage, pâturage ovin

haut de page

 

Le bois des buttes de Villers à Arthies

Il s'agit d'un ensemble de buttes culminant à 200 m d'altitude, couvertes de bois acidophiles riches en espèces rares, notamment au niveau des sources (présence de bois tourbeux et de tourbières en pente).

La principale menace est la fermeture naturelle ou artificielle des zones tourbeuses conduisant à leur appauvrissement.

Gestion préconisée :

  • fauchage et débroussaillage pour maintenir les tourbières boisées et les prairies à Molinie
  • fauchage dans certains chemins
  • gestion sylvicole douce afin de préserver la qualité du régime d'alimentation des zones humides
  • rétablissement de la source d'alimentation de la tourbière boisée du bois de Villers
  • enlèvement de décharges sauvages

haut de page

 


Le bois du Chênay, les pelouses de la Sablonnière et la butte argileuse du Hutrel

Cette entité, constituée des hautes terrasses alluviales de la Seine, présente des imbrications exceptionnelles de milieux calcicoles et acidophiles, ainsi que des coteaux sablo-calcaires.

Ce site est considéré comme un bastion en Ile de France pour plusieurs espèces végétales protégées, et mérite de ce fait une protection importante.

Gestion préconisée :

  • maintien des pelouses calcaires ouvertes par fauchage ou débroussaillage
  • surveillance et contrôle de l'envahissement des landes sèches par des ligneux
  • gestion forestière limitée à une gestion "patrimoniale" du peuplement actuel
  • maintien de la pelouse de la Sablonnière par opérations de débroussaillage mécanique, pâturage et étrépages localisés
  • mise en place de mesures agro-environnementales autour de la butte du Hutrel
  • gestion du marais tourbeux
  • déplacement de la culture à gibier située sur la butte du Hutrel vers les secteurs les plus colonisés par les résineux
  • gestion des mares artificielles de la butte du Hutrel à faire de manière plus "écologique"
  • entretien du bas-marais alcalin par fauchage et débroussaillage afin de limiter l'envahissement par des ligneux
  • préservation de la source à formation de tufs
  • entretien de la prairie maigre par un fauchage tardif ou par un pâturage extensif

haut de page